?

Log in

No account? Create an account
 
 
15 February 2014 @ 06:45 pm
Juke-box de la St Valentin FA  
Fandom: Fairy tail
Titre: Comment l'oublier?
Défi: écrire en s'inspirant de la chanson « A fleur de toi » de Vitaa
Pairing: Erza/Lucy
Disclaimer: Les personnages appartiennent à Hiro Mashima, je ne gagne aucun argent à écrire ce texte.


Erza soupira doucement, elle remis en place une de ses mèches rouges derrière son oreille. Cet éloignement allait la tué. Il avait tout pour elle, le voir avec des autres et ses mots avaient été les pires. Elle en pleura encore, comment devait-elle le prendre ? Elle serra les poings doucement et essuya les larmes qui creusaient ses joues. L'oublier était si douloureux, elle posa un regard sur Lucy qui la regarda tendrement. La jeune femme était devenu la remplaçante de cet amour sans retour... Quand elle posa sa main sur son épaule, elle esquissa un faible sourire, pourquoi elle n'avait que la deuxième place et ce malgré ses gestes tendres et ses mots doux. Elle la câlina doucement laissant ses émotions l'emporter. Pourquoi cet homme hantait encore ses pensées au point de venir dans ses songes ? La jeune fille aux cheveux blonds caressa sa compagne compréhensive et posa un bisou sur sa tête. L'oublier semblait impossible comme si il avait marqué son passage à l'encre indélébile. Ses bras bien que frêles que ceux de l'autre et son parfum différent, la mage aux cheveux rouges arrivait encore à penser à lui. Ses cheveux bleus volants au vents revenait dans son esprit. Comment faire ? Elle se mit aussi à donner tout l'amour qu'elle pouvait, pourtant, elle ne sut pas tout effacer. Lucy prit son temps en lui chuchotant toute son affection, elle connaissait cette blessure, elle tentait de la cicatrisé, mais elle semblait revenir comme une vague sur le rocher.

-Lucy, s'il te plaît... Libère-moi de ces chaînes, fait-moi l'amour...

Cette dernière se mit à rougir furieusement, elle se mordit doucement les lèvres, elle s'y était attendu et portant... La jeune femme savait que c'était encore une solution pour ne plus penser à lui, pour sécher ses larmes qui coulait en permanence. Le temps ne l'avait pas fait. Erza invita sa petite amie à la déshabiller, à la caresser sa peau nue, de malaxer ses seins ronds et surtout de toucher ses lèvres avec les siennes. Les habits s'enlevaient doucement pourtant même en voyant la femme au dessus d'elle ce qu'elle vit, c'était lui. Erza avait honte de rester encore attaché à lui malgré tout. Elle qui était la femme forte de la guilde... Elle se mit à se concentrer sur les gestes de la jeune fille qui, timide, n'osait pas trop faire vite. La femme à la chevelure de feu essaya de presser l'affaire. Même quand elle commença à se faire doigter par sa compagne, elle pensa à la sensation de son membre. Elle supplia doucement qu'elle vienne la prendre plus violemment, mais la blondinette hocha négativement la tête, elle se voulait tendre pour la mage afin de panser ses blessures. Erza la supplia avec les larmes aux bords des yeux, elle devinait que ça changerai rien au fond. Elle ne l’oublierait pas. Elle capitula et se laissa faire. Elle tenta de se concentrer sur les courbes féminines en face d'elle pourtant cet homme habitait sa tête. Elle voulait le chasser mais les chaînes semblait solides. Le plaisir vint à elle, elle y pensa encore. Pourquoi même quand elle se sentait proche de la jouissante son image revenait à elle. Elle en avait marre de tout ça. Lucy méritait mieux qu'elle... Elle avait elle aussi beaucoup souffert dans son passé pourquoi s'était-elle entiché d'elle ? Erza voulait qu'elle prenne cette place tant désirée, mais rien n'y faisait même quand elle faisait l'amour, c'était encore ses mots qui venait à ses oreilles. Pas sa voix à elle... Elle cria même le prénom de l'autre.

-On y arrivera un jour... Erza, je me battrai contre lui.

Erza serra sa compagne et laissa libre cours à ses larmes. Elle l'aimait vraiment, elle était parfaite pourtant, elle n'avait pas la place qu'elle méritait...




Fandom: Mirai Nikki
Titre: Les nouveaux Bonnie et Clyde
Défi: écrire en s'inspirant de la chanson « Requiem pour un fou » de Johnny Hallyday
Pairing: Minene/Nishijima
Disclaimer: les personnages ne m'appartiennent pas.


L'inspecteur Nishijima serra la jeune femme doucement tandis que ses collègues tentaient de l'attraper elle. Il était vrai que la jeune fille avait tué pas mal de personne mais ce n'était une méchante personne. Uryuu Minene se débattit un peu, il la garda contre lui. Pourquoi il était tombé amoureux d'elle. Il devenait fou d'amour. Il se faufila comme il pouvait dehors en évitant les lumières des projecteurs. Il fuirait avec elle, il passa dans les coins sombres. La jeune terroriste regarda cet homme et grogna. Elle ne sut pas ce qu'il avait en tête, elle lui dit fièrement qu'elle ne donnerai pas sa vie sans en donner une à son tour. Le jeune ancien flic se mit à rougir. Il ferrait tout pour convaincre ses collègues pour la garder à ses côtés. Il l'embrassa doucement et la regarda avec envie. Elle se mit au-dessus de lui dans ce bâtiment abandonné. Il passa sa main sur son visage détaillant son cache oeil et ses lèvres pulpeuses. Il pouvait entendre les sirènes, il avait connu des moments plus romantiques et pourtant, il ne voyait pas être ailleurs qu'avec elle. Il mourrait pour elle s'il le pouvait. Elle le jaugea du regard.

-Tu sais ce que tu fais espèce d'imbécile ?

-Jamais, je ne te laisserai, dieu sais-je en mourir.

-Il fallait que tu t'entiches d'une terroriste comme moi. Tu es un fou, un fou à lier.

-Parce que je t'aime...

-Tu te mets tous tes amis contre toi, crétin.

Un sourire vint éclairer l'ancien inspecteur. Il continua de la caresser doucement, si fragile et pourtant si dangereux, il se demandait comme une personne si jeune avait sombrer dans les ténèbres de ce monde. Il posa un bisou dans son cou. Elle frissonna doucement. Elle ne rougissait pas, elle savait qu'elle lui faisait envie. Au début ils avaient été que des ennemis, mais une chose en elle lui avait plus que son corps, mais aussi sa personnalité. Il était passé par divers état avant d'être ici. Il laissa ses mains se balader encore un moment avant de tenter de toucher sa peau en soulevant ses vêtements épais.

-Tu es conscient de ce que tu essaye de faire ?

-Tout à fait, j'aimerais vraiment qu'on saute le pas.

-Tu es con,ma parole, tes potes n’attendent qu'un moment de faiblesse pour me buter.

Il haussa les épaules et la regarda les larmes aux bords des yeux, il savait qu'elle n'abandonnerait pas facilement la bataille, un point de sa personnalité dont il ne se laissait jamais. Elle frappa doucement son épaule et mit à le dévêtir doucement.

-Conscient de ce que tu me fais faire ?

Il hocha la tête doucement et le prit une baffe toute gentille. Il ravala sa salive tendis que les mains de la jeune femme commencèrent à toucher sa peau pâle. L'homme frissonna et se mit à rougir en sentant son membre durcir. Il n'avait pas honte... Il savait que Minene serait la dominante dans cette histoire. Il pouvait presque sentir la dangerosité de leur action. Il le ferrait quoi qu'il arrive après. Elle glissa doucement sur l'objet dressé sans sortir un seul cri. Seule une larme au coin de son œil valide trahissait son état, elle était vierge. Il pouvait sentir l'odeur âcre de sang se mêler à leurs sueurs. Elle attendit un moment avant de bouger doucement. Elle se mordit les lèvres à sang pour s'empêcher de gémir, les lumières balayaient la ville. Il lui laissa les rennes jusqu'à que son inconscient lui fit bouger les hanches ne retenant rien de son plaisir. Il cria presque de joie. Elle fusilla du regard avant de sentir un courant électrique la parcourir violemment. Elle comprit qu'il s'agissait de son point sensible. Elle tenta tant bien mal de l'éviter, mais c'était sans compter sur l'action de son partenaire. Elle cria doucement son extase. Elle prenait son pied, après la douleur était venu l'immense plaisir. Elle sut pourquoi tant de couples s'adonnaient à la chose. C'était à la fois suffocant et plaisant. Elle se déhancha de plus en plus vite. Un concert de gémissements se répercutait sur les murs vierges du bâtiment vide. Au moins les policiers ne semblaient ne pas vouloir les déranger pour le moment. Il ne partirait pas sans elle et la jeune femme ne laisserait pas s'en aller comme ça surtout après avoir osé cueillir sa fleur. Il n'était pas loin de venir.

-Je peux ?

-Évidemment imbécile autant le faire jusqu'au bout.

-Et toi ?

-Cela va arriver.

Il sourit presque en entendant cet aveu de la jeune fille. Leurs gestes se firent plus rapides et leurs souffles devinrent plus irréguliers la fin était proche. Ils crièrent à l'unisson quand la jouissance venait à eux. Elle pouvait sentir un liquide chaud caresser le fond de ses parties génitales. Cette sensation était véritablement la meilleure. Elle se promit silencieusement que s'il s'en sortait qu'elle recommencerait avec cet homme. Des bruits de pas se dirigèrent vers eux. Elle se leva et prit ses vêtements et jeta ceux de l'homme à son visage.

-Fuyons, crétin. Je n'ai pas envie de mourir aujourd'hui.

L'homme s'habilla à la va vite et se mit à courir aussi vite qu'il pouvait, faire l'amour était vraiment aussi épuisant qu'on disait, il n'avait jamais ressentit cela avant elle. Il savait qu'il avait bien fait de la choisir malgré que c'était qu'une criminelle. Il aimait point final. Elle se cacha et l'embrassa en rougissant. L'aveu silencieux qu'elle aussi l'aimait. Ils vivaient pleinement leur romance interdite. Nishijima serait le Clyde de sa Bonnie personnelle. Ils passèrent une partie de la nuit à se cacher et s'embrasser jusqu'à ce que les flics abandonnèrent. Ils s'endormirent dans une cabane isolée.




Fandom: Final Fantasy 9
Titre: Pour la première fois
Défi: écrire en s'inspirant de la chanson « Aimer » Comédie musicale Roméo et Juliette
Pairing: Djidanne/Grenat
Disclaimer: les personnages m'appartiennent pas


Djidanne regarda l'eau et soupira doucement. Il pensa à la princesse Grenat et son royaume. Comment d'une simple mission, il était parti dans cette aventure mystérieuse qu'était l'amour. Il se souvenait de sa chanson qu'elle avait chanté lorsqu’elle se croyait seule. Il remua doucement sa queue et resta un moment ainsi à observer le cours d'eau dans la cour. Il resserra doucement le ruban qui retenait ses cheveux blonds et sentit qu'il n'était plus seul. Il hésita un moment avant de se retourner. Il la vit, il alla la serrer dans ses bras et caressa ses cheveux bruns avec tendresse. La jeune femme se sentit heureuse malgré son côté vagabond, l'homme qu'elle aimait restaità ses côtés tant que possible. Il embrassa ses lèvres, elle lui offrit l'accès et et s'en suivit un langoureux balais sensuel. La jeune femme se mit à rougir, elle avait l'habitude de subir les avance de son homme mais jamais elle ne s'était senti si proche d'autre chose dont elle ignorait tout. Il caressa sa joue et la regarda des étoiles plein les yeux. Elle le conduit doucement dans sa chambre. Ils se caressèrent u_n moment leur cœur battant à l'unisson. Les vêtements glissant doucement, ils ne surent pas comment, mais ils se retrouvèrent nu l'un sur l'autre. Ils se mirent à rougir. Ils ne savaient pas quoi faire. Ils s'aimaient plus que tout. Les mains touchèrent l'autre provocant des frissons de chaque côté. Djidanne sentit quelque chose de bizarre lui faire mal un mal. Il identifia rapidement le problème, il avait ce qu'on appelle une érection. Il se colla à sa compagne doucement.

-Vas-y...

-Je vais te faire mal.

-On a vécu pire que cela.

Il savait qu'elle avait raison. Il s'introduit doucement dans sa partenaire qui pleura silencieusement la perte de sa virginité. Il ne bougea pas un bon moment. Il se sentait si complet rien que comme ça. Elle bougea doucement sous lui. Ils firent l'amour avec grande passion. Ils découvrait à chaque mouvement de va et viens. Ils s'embrassèrent et ils prirent le temps de se faire plaisir. Ils crièrent ensemble leur jouissance et se serrèrent tendrement. Ils se regardèrent quelques minutes avant dans rejoindre le monde des songes. Ils l'avaient fait...




Fandom: Katekyo Hitman Reborn
Titre: Prétendantes
Défi: écrire en s'inspirant de la chanson « Pour que tu m'aime encore » de Céline Dion
Pairing: Gokudera/Tsuna ou 5927
Disclaimer: les personnages appartiennent à Akira Amano.


Gokudera regarda Tsuna avec envie, il se mordit les lèvres. Il remit ses cheveux gris derrière ses oreilles. Il se mit à imaginé le corps nu de son parrain et se gifla mentalement. Il ne savait plus s'il aimait encore comme au début de leur relation. Il se mit en boule dans un coin de la pièce. Il se mit à réfléchir, il devait être plus original pour le dixième du nom. Il ne voulait pas lui faire mal, il se jetterait dans la pire des situations pour revoir son sourire pour lui. D'un autre côté, il voulait pas le forcer à continuer une relation qui semblait au point mort. Il pleura doucement. Il voulait que Tsuna l'aime encore et plus fort. Même si il devrait utiliser les trucs de bonnes femmes pour réveiller le cœur de son amant. Pourquoi cette maudite sorcière l'avait embrassé. Il avait aimé pendant toute ses années, il le savait. Il resserra doucement sa cravate. Il était à la limite de s'étrangler. Il resta là il était. Il ne sentit même pas qu'une couverture lui avait été posé sur les épaules. Il retourna et vit Lambo qui tenta de sourire. Même si la vache stupide se mettait à le consoler, il tombait bien bas. Il se souvenait de ses gestes, ses caresses. Le gardien tempête en voulait encore, jusqu'à sa fin arrive, alors pourquoi son ciel le laissait seul avec ses sentiments qui le dévastait comme ses flammes. Il se sentait rongé par elle de l'intérieur. Le bras-droit du parrain Vongola n'était plus qu'une loque. IL se mit à parler en italien si vite que Lambo se demanda ce qui se passa. Il lui donna un bonbon et le laissa seul. Il lui souhaita bon courage et de redevenir le gars agaçant qu'il était avant. Gokudera grogna doucement. Il devait se ressaisir avant qu'il tombe si bas qu'il irait se réfugier dans les bras d'un autre. Il se leva et se mit à faire les cents pas jurant toujours dans sa langue maternelle. Il se souvenait clairement de sa dernière nuit avec le dixième du nom. Il était venu en prononçant son nom à lui avait ajouté un je t'aime avant de s'endormir. Il sentit son cœur se serrer. Il frappa doucement dans le mur en face et continua ses jurons. Il devint incontrôlable si bien que seul Yamamoto osa entrer dans la pièce pour tenter de le calmer.

Après avoir longuement discuter avec lui, l'homme aux cheveux noirs tapota doucement son épaule avec un sourire digne de lui. Il lui promit qu'il pourrait à nouveau rentrer à la base. Gokudera ne releva même pas qu'il faisait encore allusion à son fichu base-ball à la mangue. Il alla vers le bureau de son parrain et prit une grande respiration avant d'y entrer. Elle était avec lui avec son putain de sourire, il lui aurait bien arraché de la figure. Il se racla la gorge et vit les yeux caramel de Tsuna briller de milles excuses. Il posa une main sur le bureau en chêne du jeune boss Vongola. Il se mit à sourire faussement à la jeune femme. Il savait qu'avec les bon argument il arriverai à faire fuir cette vipère, mais que d'autres viendraient voler son amant. Il se colla à lui et lui murmura tout son amour à son dixième du nom.

-Gokudera, je suis obligé, je dois avoir des héritiers...

-Demande à Irie ou Giannini de faire quelque chose, je serai d'accord pour le porter. Je t'aime, mais j'ai l'impression que m'aime plus depuis quelques semaines.

-Je suis désolé Hayato, je te promet de te faire l'amour.

-Tsuna, je t'aime.

Le jeune homme homme se mit à embrasser l'homme qu'il aimait tant qui répondit un peu. Il sentit les mains de son amant le serrer doucement. Il se sépara de lui, il vit des larmes aux coin de ses yeux. Le gardien Tempête les essuya doucement et maudissant de ne être né comme une femelle. Il aurait pu donner des nobles héritier à son dixième du nom. Il jura encore en italien et se fit gronder par Tsuna un peu fâché.

-Arrête de jurer Hayato, c'est laid.

-Promet-moi que malgré toute ses femmes tu m'aimera.

-Toujours...

Gokudera sourit doucement et l’enlaça doucement avant de partir, la nuit serrait longue entre les deux hommes se retrouvant.




Fandom: Fma
Titre: Il reviendra
Défi: écrire en s'inspirant de la chanson « Quand reviendras-tu » de Barbara
Pairing: Ed/Roy avec présence d'Havoc
Disclaimer: Les personnages appartiennent à Hiromu Arakawa


Roy écouta les bruits autour de lui, depuis que les ténèbres avait fait place à la lumière plus rien ne semblait pareil. Il serra doucement sa canne en avançant le long des rues de Central saluant les quelques personnes qui lui disait bonjour. Il évita de justesse le bout de l'étale de légumes de la vielle Ogara. Il arriva au petit restaurant après quelques minutes. Il se débattit avec les chaises qui fleurissait la terrasse. Il se mit à attendre non seulement le serveur, mais aussi Edward... Il lui avait promis qu'il reviendrait pour lui. Qui se mettraient ensemble et ça depuis déjà plus de six mois. Il devenait un habitué des lieux si bien qu'il aurait pu venir sans la canne s'il avait voulu. Pourtant il savait qu'il faisait de faux espoir que ces instants avec l'ancien alchimiste n'était que le fruit de son imagination que ses rêves n'était que le reflets de ses fantasmes inavoué. Il prit son café et le but lentement et l'attendit encore. Il espéra que la pluie ne viendrait pas l’embêter, il ne sut pas s'il aurait encore la volonté de sortir de cette maladie pour entendre à nouveau sa voix chaude et agressive par moment. Il soupira et reposa sa tasse vide. Il se mit à compter le nombre de personnes qui passèrent devant lui et lui affubler de ce titre qu'il ne portait plus vraiment. Il passa sa main dans ses cheveux sombres. Loin de la douceur de ceux de l'homme qu'il aimait. Il commanda un déjeuner, son estomac noué réclama son du. Il mangea tant bien que mal son repas. Il n'avait vraiment plus qu'un trou béant à la place du cœur. Il jeta la moitié de son repas au volatile qui firent un vacarme pas possible autour de ce morceau de viennoiserie. Prenant bien son temps, il se leva de son iège, ce n'était pas encore le bon jour pour leurs retrouvailles. Il s'appuya sur sa canne et releva percutant un jeune homme d'après la musculature.

-Excusez-moi...

-Roy ? Bordel, je ne t'ai pas reconnu comme ça.

L'ancien colonel souleva un sourcil, il semblait reconnaître le propriétaire de cette voix grave et posée. Il s’immobilisa en essayant de deviner quel était son interlocuteur.

-Havoc ?

-Tu entends encore Edward, toi...

-Il me manque terriblement.

-Il reviendra...

-Je l'espère.

Il se laissa serrer, il sentit que ses larmes sortaient malgré toute la volonté qu'il y mettait à les retenir. Il voulait tant embrasser Ed, lui faire l'amour, caresser son corps finement musclé et surtout le serrer, se sentir à nouveau complet dans ses bras. Havoc le conduit chez lui en tenant ses mains. Il promit qu'une fois rentrer à la caserne, il passerai un coup de téléphone à Edward et l'enguirlanderai comme il se doit. Il attendit qu'il s'endorme doucement en murmurant son prénom. Il reviendrait pour lui...

Jean Havoc se fit la promesse de remettre ce couple là ensemble, voir souffrir cet homme si fier autrefois était vraiment si fier. Il passa son coup de filet tomba sur Alphonse qui lui promit de passer le message à son frère. Le temps passerait encore sans que ces deux-là puisse se retrouver, le cœur de Roy serrait sur le point de mourir quand il sentirait à nouveau ses bras tant désiré autour de lui. Il reviendrait... Ou serait-ce juste une illusion... Il saurait seulement quand ses lèvres toucherait les siennes soit il serrait à nouveau soit dans le plus profond des désespoir. Jean prit le plus de contact avec les gens proche du blond, il voyait déjà le mariage se profiler entre ces deux loustics. Il se fit engueuler par Hawkeye, mais il expliqua la situation qu'elle accepta sous certaines conditions. La jeune femme voulait voir ce moment de ses propres yeux.




fandom: Death note
Titre: Amour au mauvais moment
Défi: écrire en s'inspirant de la chanson « Je saigne encore » de Kyo
Pairing: Near/Mello avec Matt
Disclaimer: Les personnages appartiennent à leurs créateurs.


Near regarda Mello le plus neutre possible, il savait que son ami aux cheveux doré passait son temps avec le rouquin accroc aux jeux vidéo. Il tenta de la lui parler aussi calmement que possible et y arriva bien que certains tremblements trahissaient le fond de ses pensées. Il serra doucement sa figurine. Son ami prit quelques-unes de ses affaires avant de saluer son ancien rival ? Il le laissa doucement partir. Il savait que tant que Kira courrait en pleine nature, rien ne valait qu'il se déclare à cet homme qu'il devenait. Et s'il venait à mourir après cela ? Il voulait tant l'aimer encore, mais ce sentiment le blessait, il avait l’impression d'être lacéré de l'intérieur à chaque fois qu'il entendait sa voix. Il se replia doucement contre le lui-même en rougissant légèrement. Lui qui était vierge, il lui arrivait le soir dans son lit qu'une partie de son anatomie se dresse et il était obligé de s'en occuper. A chaque fois qu'il venait , il avait plus l'impression de s'enfoncer plus profondément dans son trou. Il se planqua dans une pièce insonorisée et explosa tous les objets autour de lui. Il l'aimait vraiment trop pour son propre bien. Il n'osa même pas hurler son prénom. Cela lui faisait trop mal. Il se tordit les cheveux blancs. Il soupira et se remit à ses constructions en y mettant tout qui fût possible, mais tout lui rappelait Mello. Son arrogance et sa manie de manger du chocolat. Il passa la journée dans cet état proche de la mort cérébrale, lui, le successeur de L, c'était vraiment le comble de l'ironie. Les sentiments étaient vraiment leur pire ennemi, il le savait. Il construit une ville qui vue d'en haut ressemblait trait pour trait au visage de son ami, même la brûlure sur le visage y était à coté de ce sourire... Il alla dans sa chambre et s'allongea sur le lit complètement amorphe. Les gens qui travaillaient avec lui passèrent la journée à l'observer, il ne sut pas comment interpréter les gestes du jeune homme, lui qui d'habitude était très calme devenait complètement fou. Il resta un moment dans le silence de la pièce, mais au milieu de la calmer, ça le rendait encore dingue. Il mit un masque et sortit de la pièce. Il donna des ordres froids aux personnes dans la pièce. Le travail n'attendait pas. Kira tuerait et ce malgré ces états d'âme. Il tenta de l'oublier un peu, mais rien, il avait l'impression de saigner, que cette blessure le tuerait doucement et le faucherait quand il aurait un faible espoir.

-Mello, espèce d'imbécile.

Il avait plus chuchoté plus pour lui-même que pour autrui. Il remit correctement son masque sur son visage. Il glissait par moment à cause de ses larmes silencieuses. Il se sentit un peu poisseux, mais n'arrêta en rien son boulot. Il devait venger son modèle avant tout. Il passa du coq à l'âne avec facilité. Il savait que les dieux de la mort ne mêlaient pas aux humains, il le faisait pour tromper leur temps. L'enquêteur prit une grande inspiration avant de mettre toutes ces théories, ensemble. Il se massa le crâne doucement. Near devait être sûr à cinquante pour-cent et plus pour se lancer dans ce pari fou. Il sourit doucement. Il pourrait être un peu avec l'homme qu'il aimait un petit moment avec ce plan, il prit le téléphone et exposa son plan. Allier leur force pour abattre la menace, à deux ils surpasserait leur prédécesseur. La fierté flattée, l'autre accepta sans faire un pli. Il se sentait tout émoustillé. Il gigota de son siège et sauta presque de joie. Il ferrait tout pour lui dire et passer à l'acte. Il se mit à construire une usine de chocolat en miniature en souriant. La suite promenait d'être excitante et concluante dans ses deux affaires en cours. Celle de Kira et celle de son cœur, il pouvait redevenir l'homme qu'il était. Peu importait s'il se faisait Matt, tout ce qui comptait c'était qu'ils repassent du temps ensemble...




Fandom: Tsubasa Reservoir Chronicles
Titre: Routine
Défi: écrire en s'inspirant de la chanson « Comme d'habitude » de Claude François
Pairing: Kurogane/Fye
Disclaimer: Les personnages appartiennent à Clamp


Kurogane se leva doucement et vit encore Fye en train de dormir dans son lit, il s'y était fait à force. Il grogna en tentant de sortir du lit le plus discrètement possible. Il passa la porte de la chambre et rejoignit Shaolan plongé dans ses pensée. Il prit le café et se mit en face du jeune homme. Malgré la distance qui le séparait de sa belle , il semblait encore l'aimé comme au premier jour. Le sien à côté ressemblait plus à l'image du vieux couple qui reste avec l'autre par facilité et par habitude. Il soupira et vérifia le monde dans lequel il était, leur voyage continuait sans s'arrêter. Dès que venait le temps Mokona leur parlait et ils s'en allaient ailleurs. Il avait vite arrêter de compter. Il sortit dehors et se mit à travailler avec un visage neutre. Il ne s'impliqua pas plus que ça. Il sut que le soir se déroulerait comme tous les autres. Fye boirai son sang et cette action finirai par une masturbation par l'ancien mage au cheveux blond, puis ils s'uniraient sensuellement et s’effondraient. Il rentra dans la demeure et vit qu'il était seul face au silence, il se mit à la recherche d'un bon alcool. Il le trouva et le but à même la bouteille sous le regard de la boule de poil blanche qui lui passa un savon. Il essaya de frapper la créature qui évita avec grâce l'arme du samouraï, il se mit dans un coin et attendit le coucher du soleil pour rejoindre cet homme. Il se jeta sur lui et l'embrassa fiévreusement avant de plonger sur crocs dans la peau halée de Kurogane. Il but bruyamment et se mit à caresser son partenaire et descendit doucement ses mains sur les parties intimes de son amant. Il était devenu accrocs à sa présence en lui si bien qu'il aurait bien fait que ça s'il le pouvait. Les yeux de Fye brillèrent quand il vit le membre de son partenaire se dresser devant ses yeux. Il devait encore un peu jouer avec lui. Il passa ses mains froides sous ses vêtements et l'effet ne se fit pas attendre. Kurogane reprit le dessus et dévêtit le mage et se mit à son tour aussi nu qu'au premier jour de sa vie. Il le doigta violemment arrachant des gémissement à son partenaire, il n'avait pas vraiment mal, c'était juste pour exciter son homme. Il ne voyait personne d'autre à la place du ninja ou qu'importe ce qu'il était avant. Il prenait un plaisir, mais c'était plus de la routine que du véritable plaisir. Ils firent l'amour comme à leur habitude, l'un dominant l'autre et les cris mis sous silence par celui qui allait et venait en lui. Ils viendraient encore le souffle court et et se regardèrent un moment avant de dormir chacun de leur côté. Ils se réveilleraient demain et reprendrait leur train de vie. Déjeuner, boulot, alcool, sang et sexe, Kurogane se sentit malgré lui heureux d'être vivant avec ces gens. Fye et lui serait peut-être une histoire qui dure après tout...




Fandom: Naruto
Titre: Physique
Défi: écrire en s'inspirant de la chanson « Je t'aime, moi non plus » de Gainsbourg
Pairing: Naruto/Gaara
Disclaimer: Les personnages appartiennent à Masashi Kishimoto


Naruto embrassa doucement les lèvres du rouquin, il n'en pouvait plus. Il retira un à un les vêtement de l'autre. Il vit dans les yeux du Kazekage qu'il n'attendait que cela. Il joua doucement avec les nerfs de son partenaire et se mit près de son oreille et lui chuchota ses quelques mots :


-Je t´aime. Oh, oui je t´aime!

Gaara grogna doucement avant de faire taire son partenaire au plus vite, il le voulait là maintenant. Il ne sut pas pourquoi il le fit attendre comme cela. Il plaqua contre lui.

-Je n'en peux plus, Naruto...

-Moi non plus.

Ils se regardèrent un peu avant de s'enlacer doucement. Ils savaient que le moment était venu.

Oh, mon amour...
Comme la vague, irrésolu

Naruto se mit devant l'entrée de son partenaire et rentra doucement son intimité dans les fesses de l'autre. Il resta immobile un moment avant de bouger doucement en lui.
Je vais, je vais et je viens entre tes reins.

Il sentit une vague de plaisir l'envahir tandis qu'il faisait l'amour à Gaara et le pire, c'était les gémissements de ce dernier, il se sentit presque éjaculer à ses sons suppliants.
Et je me retiens.

Il ne sut pas pourquoi il avait tant hésiter à le faire sien tout ce temps. Il était si beau, bien plus que Sasuke et les autres villageois de Konoha.

-Je t´aime, je t´aime. Oh, oui je t´aime!
-Moi non plus. Oh mon amour...Tu es la vague, moi l´île nue.

Gaara en perdit le nord tellement il y prenait du plaisir. Il sentit le plaisir se faire envahissant dans tout son être. Naruto lui torturait la prostate. Il finirait par venir avant lui. Il ne le voulait pas.
tu vas et tu viens entre mes reins. Tu vas et tu viens entre mes reins et je te rejoins.

Il était si bien, il osa ouvrir la bouche et dire tout ce qu'il pensait. Il adorait vraiment son blond. Il perdait pied de toute réalité...

-Je t´aime, je t´aime.

Naruto lui sourit caressa sa joue doucement. Il regarda le corps de son amant bouger lui aussi. Ils s'étaient pas unis juste pour plaire mais prenait un plaisir à le faire.

Moi non plus. oh, mon amour... Comme la vague, irrésolu. Je vais je vais et je viens entre tes reins et je me retiens.

Gaara caressa les muscles saillants de son amant, il gémit si fort qu'il avait peur que quelqu'un vienne les arrêter dans cette union folle.
Tu vas et tu viens entre mes reins. Tu vas et tu viens entre mes reins et je te rejoins.

Naruto bougea encore, mais il tenta de calmer son cœur le plus efficacement possible. Une manouvrière impossible pour le moment. Il grogna un peu, il n'en pouvait presque plus.

-Je t´aime je t´aime. Oh, oui je t´aime! Moi non plus. Oh mon amour...

Ils continuèrent jusqu'au bout de l'aventure, ils aimaient véritablement le faire ensemble, même si la fierté d'homme de Gaara en prit un coup. Il n'en avait rien à faire, il serra les draps en s'arquant légèrement. Naruto alla plus vite, il savait que dans que quelques secondes, il se déverserait en lui...
L´amour physique est sans issue. Je vais et je viens entre tes reins. Je vais et je viens et je me retiens.

Il regarda son amant en mordant les lèvres. Gaara vit son état proche du sien. Il serra un peu ses chairs. Il voulait tant le sentir en lui...
non! Maintenant
Viens!

Naruto vint et s'écroula sur son amant qui le serra doucement contre lui. Ils soupirèrent et s'endormir ainsi, l'un dans l'autre. Cette soirée resterait dans leur mémoire pour toujours.




Fandom: Hetalia
Titre: Style vestimentaire
Défi: écrire en s'inspirant de la chanson « Dingue, dingue, dingue » de Christophe Maé
Pairing: US/UK
Disclaimer: Les personnages appartiennent à leur auteur.


Arthur fit la moue, il regarda Alfred discrètement. Il soupira, il passa sa main dans ses cheveux blonds. Il le voulait pour lui, mais il n'avait plus aucune chance avec lui. Il était si ordinaire qu'il alla même demander à Francis de l'aide pour améliorer son apparence originelle alors qu'il aimait la sienne. Il se souvint de ces jours à observer l'alliance des trois. Ses lunettes sur ses yeux couleur océan et son air déterminé sur le visage comment un membre de sa famille était devenu si élégant alors que lui non. Il jura en vieil anglais et frappa le mur en face de lui. Comment il avait pu tomber amoureux comme ça ? Lui, le noble Kirkland. Il alla même jusqu'à s’épiler les sourcils. Il arriva devant lui et se mit à rire. Les tentatives se suivirent sans qu'aucun succès se profile à lui. Il tapa à nouveau dans le mur. Il passa les vêtemnt de l'autre enfoiré à nouveau se coiffa correctement et se mit à attendre Arthur devant chez lui. Celui-ci sortit de chez lui pour se procurer un hamburger. Il vit le jeune homme. Il souleva un sourcil n'y croyant pas ses yeux. Il ravala sa salive, d'un coup son buger pouvait attendre un peu. Il prit la main de ce jeune homme.

-Dites vous êtes un héros ?

Il y a eut un moment de silence entre les deux hommes. Il aurait du s'en douter. Il se tapa le front avant de se mettre en colère. Il réfléchissait un peu. Il devait répondre calmement.

-Espèce d'idiot ! De toute les choses que tu aurai pu me demander, c'est celle-là qui t'est venu. Cela vaut vraiment la peine que je fasse des efforts pour toi.

Alfred pencha la tête ne comprenant pas vraiment ce que voulait dire ce joli garçon dont la rappelait celle d'Arthur. Puis il mit à rire en y pensant. Il emmena cet étranger dans les coins les plus beau de son pays. L'Amérique était belle et avait tant de visages. Il ne tint pas compte des grognement de l'autre. Il se mit à lui parler naturellement glissant quelques mots doux entre deux phrases. Une manœuvre aussi maladroite que lui. Elle fit néanmoins son hôte. Il savait comment était l'homme qu'il aimait depuis tout ce temps. Il passa une main dans ses cheveux et tenta de l'emmener à lui doucement. Leurs lèvres se touchèrent et leurs mains se mirent et coller l'autre plus contre soi. Ils trouvèrent une cabane en plein désert et dévétirent. Et à la vison de la cicatrice de son partenaire, il sursauta.

-C'est vraiment toi Arthur ?

-Bah oui, espèce de grand crétin. Finis le travail avant que je fache.

-Tu est tout le temps en colère.

-La ferme !

L'américain mit son cousin sous lui et parcourra sa peau avant de se mettre à lui faire plaisir comme dans les films que son ami japonais lui avait passé pour qu'il se cultive un peu sur sa culture. Il ne fallut pas longtemps pour que leurs corps s'unissent et qu'il se firent l'amour. Arthur avait choisi un partenaire idiot, mais il défendait au lit, au moins...




Fandom: Vampire Knight
Titre: Son regard
Défi: écrire en s'inspirant de la chanson « Elle a les yeux revolver » de Marc Lavoine
Pairing: Zero/Kaname
Disclaimer: Les personnages appartiennent à leur auteur.


Zero regarda Kaname qui marchait en le dévorant du regard, plus que son physique ce qui l'attirait c'est ce regard. Il rougit tout seul et secoua sa tête. Il aimait, mais comment il avait fait, c'était un putain vampire. Il se mit à imaginer des choses avec lui une fois venait le temps du repos et ce qui revenait, c'est ces yeux, une couleur chocolat, il avait envie d'en manger tellement ça le tentait. Il frappa son matelas. Il allait devenir fou à force de penser à lui de cette façon. En plus, un garçon, il aurait pu tomber amoureux de sa frangine, il se sentait très bête. Il pensa à ses moments avec lui, ces occasions ratées. Il se mordit doucement la lèvre inférieure. Il voulut que ça soit qu'un cauchemar, mais c'était impossible. Il aimait vraiment. Il étouffa un hurlement et se griffa la peau faisait un peu couler le sang de cette dernière, son côté sangsue se réveilla. Il se mit à boire sans que sa soif cesse pour autant. Il sentit un courant d'air, il se mit debout son poignet contre ses crocs. Il avait soif et il le voulait lui. Cette chose le rendait dingue. Il l'avait charmé, il maudissait encore une fois les vampires et vit ses yeux à lui dans la pénombre. Il tomba, ses jambes le tenaient plus. Il regarda son grand ennemi lui sourire presque ricaner devant cette scène qu'il jugea plus que ridicule. Zero tenta de sortir son arme mais il trembla de tout son être. Kaname le fixait de ses yeux carmin dénotant avec ceux chocolat dont il avait l'habitude, il se mit à penser qu'ils ressemblaient à deux à deux cerises. Le ventre de chasseur se mit à gronder un peu quand le sang-pur l'approcher, il se mit à souffler crocs sortit.

-Viens boire ici, imbécile, ça sera meilleur que le tien.

Zero recula et plaqua contre le mur tandis que son instinct lui hurla de plonger ses crocs dans la chair de cet homme. Il le fit quand elle fut à portée. Il n'y put pas résister longtemps. Il but de tout son saoul et essaya sa bouche une fois terminée. Il remarqua que Kaname léchait sa main. Il la retira de sa vue et recroisa le regard de l'autre un frisson le parcourut. Le hunteur savait qu'il ne tiendrait pas longtemps contre un vampire aussi puissant que Kuran. Il lui tendit son poignet et l'homme en buvait un peu de son sang une main venant allègrement se perdre dans le pantalon de l'autre.

-Qu'est que tu fais ?

-Je réalise un de tes fantasmes...

-Quoi ?

-Quand sang-pur boit il reçoit quelques images présentes dans l'esprit de l'autre.

Zero rougit. Il sentit soulever et mit jeter sur un lit.

-Je vais te montrer comment les vampires se font l'amour.

-Pourquoi moi ?

-Parce que tu es plaisant et que je n'attendais qu'un signe de ta part pour sauter sur l'occasion.

Le jeune homme à la chevelure grise grogna, mais se laissa faire quand il sentit une décharge de plaisir quand l'autre toucha ses bijoux de famille. Ils firent l'amour sauvagement ce soir-là si bien que même Kaname en ressentait les effets le lendemain. Il se massa les haches et pinça les fesses de son amant en lui faisant un clin d’œil.


 
 
 
Akebono mimichan: Magicmimichan66 on February 27th, 2014 03:50 pm (UTC)
Salut !
J'ai enfin trouvé le temps pour venir te lire.
Il y en a plusieurs que j'ai aimé dans le lot. Il y avait des fandoms que je connaissais, d'autres un peu moins, d'autres pas du tout. Tu as su trouver des couples adaptés à chaque situation.
Bonne continuation !